Alimentation durable

Qu’est-ce qu’une alimentation durable ?

Octobre 2020 – Temps de lecture : 3min

L’alimentation durable est, plus que jamais, au centre des préoccupations des Hommes.

  • La hausse démographique mondiale,
  • l’évolution de nos modes de consommation,
  • ou encore le changement climatique,

sont autant d’enjeux sur lesquels l’alimentation durable peut intervenir.

Mais, qu’est-ce qu’une alimentation durable ? Pourquoi est-ce essentiel de modifier ses comportements alimentaires ? Comment faire pour manger durable ? On vous éclaire !

Face aux enjeux de demain, l’alimentation doit devenir durable

Tout d’abord, l’alimentation durable est une alimentation dont la production a un impact limité sur l’environnement. Elle contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations actuelles et futures. Les régimes alimentaires durables contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes. Par ailleurs, ils sont économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent également d’optimiser les ressources naturelles et humaines (1).

Pourquoi une transition vers une alimentation durable, bonne pour notre santé et notre environnement est-elle essentielle ?

Un triple bénéfice : planète, santé et valeur économique

Les comportements alimentaires actuels ne sont, dans leur grande majorité, pas considérés comme durables. Ils ont en effet été élaborés suivant une logique culturelle et non de nutrition, pour un accès facilité à une grande variété de ressources, et sans réflexion d’impact environnemental. De plus, la logique du bas coût a entraîné des dérives de qualité et de juste rétribution des produits agricoles et alimentaires.

Sur le plan de la santé, une alimentation déséquilibrée serait en Europe la cause d’un décès sur cinq (plus de 950 000 décès en 2017), principalement lié aux maladies cardiovasculaires et aux cancers (2).

D’un point de vue environnemental, la production alimentaire actuelle (ensemble des activités qui concourent à nourrir les êtres humains du « champ à l’assiette ») représente le quart de l’empreinte carbone totale de la France. De plus, nos modes d’alimentations sont également impliqués dans la déforestation et le déclin de la biodiversité (3).

Enfin, pour répondre à ces enjeux sanitaires et environnementaux, la transition vers une alimentation plus équilibrée est essentielle. Elle demande notamment une augmentation des apports en protéines végétales et fibres (4).

Comment adopter un mode d’alimentation durable ?

Les axes de transformation recommandés par les pouvoirs publics pour aller vers une alimentation plus durable sont :

  • la sobriété et la qualité : consommer moins mais mieux, en privilégiant les produits locaux issus de filières certifiées, et gaspiller moins
  • et la « végétalisation » (5) : c’est à dire le rééquilibrage des apports végétaux et animaux dans notre régime alimentaire.
    Elle serait à la fois bénéfique pour la santé, l’environnement et l’économie !

Pour la santé, les aliments d’origine végétale contribuent à la prévention des maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, diabète, cancers). Cela s’explique par l’ensemble de leurs constituants, et notamment leur apport essentiel en fibres (6).

Concernant l’environnement, une augmentation de la consommation de protéines végétales associée à la diminution de la consommation de protéines animales issues de nos élevages, en complémentarité et non en exclusion, permettrait de diminuer significativement l’émission de gaz à effet de serre (GES) tout en revalorisant le travail de nos agriculteurs, eux même déjà engagés dans une transition écologique.

Par conséquent, le choix précis des aliments s’avère crucial dans un tel contexte.

: une des clés de la transition vers une alimentation durable

Epi&Co est une marque de produits végétaux à base de légumineuses et de céréales. Il s’agit de cœurs de repas, développés en France à partir d’ingrédients naturels (blé, pois chiche, lentilles…), et sans additifs !

Nos équipes ont développé les produits Epi&Co sur le principe de la complémentation des protéines végétales. Il s’agit de l’association de familles de végétaux dans le même repas, permettant d’assurer des apports pour tous les acides aminés indispensables pour notre organisme.

Il est évident qu’Epi&Co contribue à la conception et la promotion des systèmes alimentaires durables, avec les propriétés suivantes :

  • nouvelle source de protéines végétales : ses produits sont composés de légumineuses, riches en protéines et sources de fibres
  • favorable à l’environnement en limitant notamment les émissions de GES
  • clean label : alternative à l’usage d’auxiliaires technologiques, de conservateurs, d’additifs, de texturants, de colorants, etc.
  • traçable tout au long de la chaîne d’approvisionnement alimentaire avec des produits d’origines française et européenne, élaborés en France
  • répondant aux recommandations du Plan National Nutrition Santé en apportant des légumineuses et des fibres
  • correspond aux principales attentes de la loi Egalim

 

La clé d’un régime équilibré : facilité et goût !

Convaincus qu’un régime alimentaire équilibré sera d’autant plus adopté qu’il est simple à préparer et savoureux, nos équipes travaillent étroitement avec une équipe de chefs et de cuisiniers !

Selon Yves Jasmin, Chef et conseiller culinaire : « les produits de la gamme Epi&Co ont de la mâche, de la forme, ils sont appétissants, mais surtout, ils ne se décomposent pas à la cuisson. On peut les faire mijoter sans problème très longtemps sans que ça ne les fasse réduire. Il existe de plus 6 références, avec ou sans inclusions, de la graine de courge aux lentilles en passant par un mélange de poivrons, qui leur donne des saveurs différentes. Les produits Epi&Co peuvent être travaillés aussi bien en salade qu’en plats chauds. C’est un véritable épanouissement des papilles ! ».

Pour plus d’informations sur Epi&Co, c’est par ici !

Sources :

● (1) : FAO, Biodiversité et régimes alimentaires durables, 2010.
(2) : Pôle scientifique de l’UE.
● (3) : Barbier C., Couturier C., Pourouchottamin P., Cayla J-M, Sylvestre M., Pharabod I., 2019, « L’empreinte énergétique et carbone de l’alimentation en France », Club Ingénierie Prospective Energie et Environnement, Paris, IDDRI, 24p. Janvier 2019.
(4) : FFAS, 2019. Etat des lieux : les protéines dans l’alimentation : vers un équilibre animal-végétal.

(5) : Rapport du Sénat sur l’alimentation durable 2020
(6) : FFAS, 2019. Etat des lieux : les protéines dans l’alimentation : vers un équilibre animal-végétal.